Dans cette commune, une loi interdit aux chiens d’aboyer.

chiens

Les chiens n’ont plus le droit de déranger le voisinage, à Feuquières (Oise). La mairie a pris un arrêté pour verbaliser les propriétaires.

Un arrêté interdit aux chiens d’aboyer. Les chiens de Feuquières réussiront-ils à se retenir d’aboyer ? Ils en ont intérêt, en tout cas, car après l’arrêté voté par le conseil municipal, ce mardi soir, leurs propriétaires sont susceptibles de devoir mettre la main à la poche.

chien

« Avec cet arrêté, nous aurons la possibilité de verbaliser avec une amende de troisième classe s’il y a des plaintes », précise le maire, Jean-Pierre Estienne. Pour justifier cette décision, il parle de plusieurs problèmes dans le village. « On a eu des conflits de voisinages et même une pétition. C’est ce qui nous a poussés à agir ».

Les chats aussi dans le viseur

Comment voit-il l’arrêté se mettre en place ? « Il existe des colliers anti aboiements, on peut aussi mettre un enclos derrière sa maison ou tout simplement faire de l’éducation canine ». Dans le centre bourg, la mesure surprend. « On en a parlé ce matin à la gym, raconte Christelle, retraitée et habitante du centre.

aboiement

Cela paraît un peu disproportionné dans la mesure où on vit à la campagne. Les animaux, c’est normal. Si on a un souci, on peut aller directement voir son voisin pour lui parler. D’ailleurs, c’est ce qu’on a fait avec notre voisine quand on avait nos petits-enfants. Elle a accepté de rentrer son chien pendant qu’ils étaient là ».

commune

Dans le bar tabac du bourg, on reste aussi circonspect. « Un chien, il faut bien que ça aboie ! », lancent Jean-Marc et Didier. Les deux amis ne semblent pas adhérer à la mesure. « Il y a bien des chiens qui font du bruit mais cela ne nous dérange pas trop ». Pour preuve, les deux hommes sont des amis des bêtes.

« Avec ma femme, on s’occupe des chats errants », ajoute Jean-Marc.

chiens

Ces derniers ont aussi été dans le viseur de certains habitants l’an passé. Trop nombreux, les félins vont faire l’objet d’une campagne de stérilisation. Décidément, à Feuquières, les poilus à quatre pattes ont intérêt à montrer… patte blanche !