Cédric Jubillar incarcéré : Cette nouvelle audience pourrait changer la donne.

Jubillar

Cédric Jubillar est incarcéré depuis le 18 juin pour meurtre aggravé sur conjoint. Il clame son innocence depuis le début de l’affaire Delphine Jubillar et ses avocats entendent le faire sortir de prison.

Cédric Jubillar a été alerté à la police très tôt le matin du 16 décembre 2020. Il a rapporté que sa femme, Delphine Jubillar, avait disparu pendant la nuit. Selon lui, il s’était endormi alors qu’elle était à la maison. Réveillé par les pleurs de sa fille, âgée de 18 mois à l’époque, il a constaté que sa femme n’était plus là.

Inquiet, il a appelé la police et a signalé sa disparition. Jusqu’ici, il s’agit d’une affaire très ordinaire. Mais les choses se compliquent rapidement car de nombreux éléments semblent être tirés d’un roman policier. De plus, sept mois après la disparition de Delphine Jubillar, il est toujours impossible de comprendre ce qui a pu arriver à cette infirmière de 33 ans.

Jubillar

En l’absence de preuves et alerté par les déclarations parfois surprenantes ou incohérentes de Cédric Jubillar, le procureur de la République a requis son incarcération. Depuis le 18 juin, le mari de Delphine Jubillar est derrière les barreaux. La justice française doit prouver sa culpabilité afin de le condamner. En attendant, même s’il est en prison, il doit être considéré comme un innocent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LCI (@lciofficiel)


Les avocats de Cédric Jubillar ont été surpris par l’arrestation de leur client. Ils estiment qu’il n’y a pas de preuves concrètes pour le garder en prison. Ils demandent donc sa libération depuis plusieurs semaines. Leur demande a été refusée mais ils vont faire appel de cette décision. Ils se préparent donc à une nouvelle audience. Pour l’occasion, c’est Maître Baptiste Alary qui a accepté de se confier dans les colonnes de Femme Actuelle le 15 juillet.

Cédric Jubillar peut-il être condamné pour le meurtre de sa femme ?

Les preuves contre le mari de Delphine Jubillar sont en effet minces. Mais les enquêteurs sont habitués à ce genre d’affaire. De plus, le public qui suit de près ce genre d’actualité sait que dans la plupart des cas, il s’agit d’une affaire passionnelle. Passionnel dans le sens où les pulsions prennent le dessus et font perdre à la personne le contrôle d’elle-même. Et non dans le sens où c’est l’amour qui dicte la loi du meurtre. Et les personnes les plus proches des victimes sont généralement les coupables.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Figaro 🗞 (@lefigarofr)


Delphine et Cédric Jubillar se séparaient et se préparaient apparemment à divorcer dans les mois à venir. C’est l’infirmière de 33 ans qui a pris cette décision. Quant à son mari, il la respecte mais à contrecœur. Néanmoins, les médias ont régulièrement rappelé que Cédric Jubillar tentait de reconquérir sa femme, notamment en reprenant les travaux de leur maison familiale qu’il avait négligés. Mais Delphine Jubillar ne voulait pas revenir en arrière, elle avait même déjà un amant avec qui elle comptait refaire sa vie.

Cédric Jubillar savait-il que sa femme avait un amant ? Il affirme qu’il ne le savait pas. Pourtant, les enquêteurs ont trouvé un logiciel espion de géolocalisation dans le téléphone de Delphine Jubillar.

delphine jubillar

Et ils ont également découvert que le mari de l’infirmière avait accès aux relevés bancaires de sa femme. Avec de telles informations, comment ne pouvait-il pas savoir qu’elle avait rencontré un homme ? Pour les avocats de Cédric Jubillar, mettre en avant le fait que Cédric Jubillar est un mari triste et un homme jaloux ne prouve rien. En effet, cela ne signifie pas forcément qu’il a fait du mal à Delphine Jubillar. Mais pour l’accusation, ce sont des pistes à explorer pour tenter de le faire craquer.

Une nouvelle audience en perspective

Le 8 juillet, la demande de remise en liberté des avocats de Cédric Jubillar a été rejetée. Mais Maître Alary et ses collègues n’ont pas dit leur dernier mot. Selon eux, les preuves contre leur client sont trop faibles. Rein ne justifie sa détention. De même, ils entendent souligner l’absence d’examen d’autres pistes que celle du meurtre par conjoint par les enquêteurs. Reste à voir ce que donnera cette nouvelle audience.

En effet, le procureur de la République l’a rejetée au prétexte que les éventuels indices et preuves potentielles étaient plus sûrs avec Cédric Jubillar derrière les barreaux. Va-t-il revenir sur cette justification ? D’autant qu’en l’espace de six mois, des preuves potentielles auraient déjà pu être cachées ou détruites.


Sacha Lemaquis

Passionné depuis mon plus jeune âge par l'écriture et la rédaction sur tous les Peoples, je suis également de nature très curieux, je m'intéresse à beaucoup d'autres sujets et surtout j'adore le sport !