Caroline Margeridon publie une vidéo CH0C pour les fans.

Pour donner une idée du lieu où elle se trouve, l’homme dernière la caméra n’hésite pas à filmer la Tour Eiffel, qui semble être située à deux pas.

De quoi provoquer un électrochoc chez les abonnés de la collectionneuse, qui se sont dits choqués par les images.

caroline margeridon age

« C’est dégoûtant ! Comment peut-on accepter une telle saleté ?? », s’est insurgée une internaute parmi tant d’autres.

Si Caroline Margeridon voulait marquer les esprits, c’est réussi.

A l’époque les cantonniers servaient à cela.

Caroline margeridon affaire conclue

Sacrifier pour rentabilité !

En ajoutant à cela l’incivisme constant des gens qui continuent de jeter leurs détritus dans des poubelles débordantes on en arrive à ce résultat”, “C’est un gros problème“, “Le pire c’est que les bestioles n’ont même plus peur”, “Mais que devient nos villes…”

Après avoir provoqué la polémique en s’affichant avec Jean-Marie Bigard sur les réseaux sociaux le 22 février dernier, voilà une autre publication qui va encore faire parler …

Des révélations sur ses débuts !

Michel Drucker recevait sur le plateau de Vivement dimanche le 1er mars dernier, l’une des stars de l’émission à succès Affaire Conclue sur France 2 s’est confiée comme jamais.

Affaire Conclue

Notamment sur son enfance et ses débuts dans le milieu de la brocante.

Caroline Margeridon : “Je ne vendais pas mes vêtements, parce que j’adore garder mes vêtements.

Donc, moi, je faisais les poubelles.

J’ai commencé comme ça. On habitait à Saint-Cloud et les gens jetaient n’importe quoi.

Je stockais dans ma chambre et puis, tous les six mois, il y avait une grosse brocante qui existe toujours et qui s’appelle La Foire à la Ferraille et au Jambon, à Chatou.

Ma mère avait des stands là-bas et je vendais.

caroline margeridon jeune

J’ai commencé, j’avais 5 ans !”, a déclaré la marchande d’art du marché Biron à Saint-Ouen avant de rajouter :

Caroline Margeridon : “J’obligeais les gens à me faire des chèques, je trouvais que ça faisait plus riche.”