Buitoni : On vous dit la vérité sur ce qui c’est vraiment passé !

Des pizzas qui finissent à l’hôpital, une bactérie qui touche surtout les enfants : voici le terrible scénario du Buitoni Gate.

Un scandale alimentaire chez Buitoni qui a commencé, sans faire de bruit, en janvier 2022 avec les premières hospitalisations et qui touche encore une soixantaine de familles en France.

Par exemple, Lena, 12 ans, est dans un état végétatif depuis deux mois à l’hôpital de Nancy. Augustine, 3 ans, est restée quatre jours en soins intensifs et deux semaines sous dialyse, mais ses reins ne fonctionneront plus jamais normalement.

scandale buitoni

Mila, 7 ans, à Châtellerault, a été hospitalisée pour une pyélonéphrite, mais elle se plaint encore de douleurs au ventre.

Une enquête sur l’affaire Buitoni

De nombreuses familles sont bouleversées comme Aurélie, 34 ans, et son mari John, 40 ans. Tout a basculé lorsque leurs deux fils ont été contaminés par la bactérie E. coli après avoir mangé des pizzas Buitoni, une marque du groupe Nestlé.

Les deux enfants d’Aurélie Micouleau et John Delpech ont développé un syndrome hémolytique et urémique, qui touche surtout les plus jeunes.

Les parents enchaînent les rendez-vous médicaux et vivent depuis deux mois comme des zombies.

D’abord, il y a eu le petit de 5 ans, le plus jeune, qui a commencé à avoir des douleurs au ventre, des vomissements, des diarrhées, se souvient la mère.

Une simple gastro après avoir mangé les pizzas Buitoni, indique d’abord le médecin de famille. Quelques jours plus tard, l’enfant est emmené aux urgences.

Maladie rénale ?

Là-bas, nous ne comprenions pas ce qui nous arrivait. On nous a parlé de dialyse, de maladie rénale, que cela pouvait toucher le cœur, les poumons, le cerveau, et qu’il y aurait des séquelles à vie, raconte Aurélie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Period. (@period.studio)

À ce moment-là, le pronostic vital du garçon était engagé et il a été mis sous dialyse. Lorsqu’il s’est réveillé, il pleurait, criait : Maman, arrête de me faire mal. Puis, leur fils de 10 ans est hospitalisé avec les mêmes symptômes.

Les deux garçons sont maintenant rentrés chez eux. Mais les séquelles sur leurs reins sont là, affirme John, qui a mis son entreprise en veilleuse.

Aucun médecin n’est capable de nous dire si leur état va se détériorer dans un mois ou dans vingt ans.

Le 18 mars 2022, Nestlé avait demandé le rappel des pizzas Buitoni de la gamme Fraîch’Up, après avoir eu connaissance de la présence de bactéries dans la pâte d’un produit.

Ces pizzas Buitoni, commercialisées dans 23 pays, sont celles achetées par le couple. Plusieurs dysfonctionnements ont été constatés dans l’usine : nettoyage insuffisant, présence de rongeurs.

En France, une cinquantaine de cas sont confirmés, selon Santé publique France. Des investigations sont en cours pour une vingtaine.

Deux enfants sont décédés

Mais le lien avec les pizzas Buitoni n’a pas été établi. Le 22 mars, une enquête pour homicide involontaire, tromperie et mise en danger de la vie d’autrui a été ouverte au pôle santé publique du parquet de Paris.

Début avril, le préfet du Nord a interdit la production de pizzas dans l’usine Buitoni de Caudry. Les investigations ont révélé un niveau dégradé de maîtrise de l’hygiène alimentaire.

J’attends que la justice fasse son travail. Regardons pourquoi on en est arrivé à cette situation, pourquoi ils ont mis autant de temps avant de fermer l’unité de production.

Ce sont tous les mêmes grands groupes, je ne vois pas comment on peut accepter d’avoir des usines dans cet état, déclare Delpech, dénonçant la course au profit à tout prix.

Buitoni, dans sa volonté de coopération et de respect de la souffrance des familles, continue à rechercher toutes les origines possibles de cette bactérie, a déclaré un porte-parole de Buitoni. Cette situation nous est d’autant plus intolérable que des enfants sont concernés.

buitoni

Avec leur avocat, Me Pierre Dubuisson, et les autres familles touchées, le couple veut aller jusqu’au bout sur le plan pénal, quel que soit le dédommagement dont il pourrait bénéficier.  L’argent ne ramènera pas les reins de mes enfants, termine Aurélie.