Amel Bent (The Voice ) : Elle perd son bébé à l’hôpital.

Amel Bent est une chanteuse que l’on ne présente plus. En effet, elle est une figure incontournable du monde de la musique française.

Amel Bent

Dans une interview pour « Sept à Huit », Amel Bent parle de sa joie et de sa peine concernant la grossesse.

Amel Bent se fait connaître du grand public en 2004, lorsqu’elle participe à une émission de télévision sur M6 : Nouvelle Star. Une émission musicale qui s’avère être un véritable tremplin pour sa carrière naissante.

amel bent the voice

Après cette émission, bien qu’éliminée en demi-finale, Amel Bent devient une véritable star. C’est la même année que sort son premier album. Rien ne pouvait arrêter le talent de cette jeune femme ambitieuse et déterminée à vivre de sa passion. La preuve, plus de 15 ans après, en octobre 2021, Amel Bent sort un nouvel album intitulé Vivante. Disponible dès sa sortie, ses fans ont fait de cet opus l’une des meilleures ventes du pays en moins d’une semaine.


Amel Bent ne sait que trop bien que l’on se sent vivant par la force des émotions, des joies et des peines. Et la chanteuse évoque les deux faces d’une même aventure dans son interview dans Sept à Huit sur TF1. En effet, avec Audrey Crespo-Mara, Amel Bent parle de son futur enfant avec bonheur. Mais elle a également décidé de briser le silence sur la douleur qu’elle a traversée pour démarrer cette grossesse. La chanteuse a fait une fausse couche et estime qu’il est important de ne pas garder cette douleur sous silence.

Amel Bent contribue à la libération de la parole

« Quelques mois après une grossesse impossible, @amelbent retrouve le sourire. Elle a annoncé un heureux événement dans le ‘Portrait de la semaine’ d’Audrey Crespo-Mara », peut-on lire en légende d’un récent post sur le compte Instagram de Sept à Huit. « Ça y est, je viens de passer le fameux premier trimestre et j’ai normalement un bébé qui va naître dans quelques mois », a-t-elle déclaré en souriant et en posant ses mains sur son ventre arrondi. « Au début, aviez-vous peur de revivre une grossesse impossible ? Et en effet, Ton Mag ne cache pas qu’Amel Bent est soulagée d’avoir passé les trois premiers mois de sa grossesse, qu’elle dit avoir vécue « en apnée ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par A M E L B E N T (@amelbent)


Puis, dans une autre publication, Amel Bent explique plus en détail comment elle a vécu cette terrible épreuve. On lui a dit qu’elle était enceinte mais qu’elle n’aurait pas d’enfant.


« Je ne sais pas trop quoi faire, raconte-t-elle, mais dans les jours qui suivent, je commence à ressentir d’autres sensations qui me sont moins familières. Cela commence par des crampes à l’estomac. J’ai tout de suite appelé mon médecin qui m’a dit que c’était normal et que dès que j’aurais terminé les enregistrements, j’irais le voir pour faire la fameuse première échographie », explique la chanteuse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par A M E L B E N T (@amelbent)


« Sauf que la douleur est de plus en plus forte. Je ne dis rien et je traverse les journées d’enregistrement en me disant : ‘j’espère que ce n’est pas grave’. J’essaie de ne pas trop m’inquiéter en fin de compte. Et à la fin, c’est la désillusion. Parce que quand je vais chez le médecin et qu’ils font l’échographie, ils me disent que je suis en train de perdre le bébé que j’attendais », a déclaré Amel Bent après coup.

Une immense douleur trop longtemps contrainte au silence

« C’est un choc car, après tout, à partir du moment où vous faites un test de grossesse et qu’il s’avère positif, vous êtes enceinte. Vous le vivez profondément dans votre corps, dans votre cœur, vous le partagez avec la personne avec qui vous vivez. Vous imaginez déjà un avenir, cela va très vite. Et puis, quand quelqu’un vous dit : ‘Non, vous êtes enceinte mais vous n’aurez pas d’enfant’, c’est dévastateur », a-t-elle insisté.

Amel Bent

« Merci pour vos nombreux messages, si les félicitations me vont droit au cœur, c’est surtout le partage de vos expériences qui me bouleverse. Mettant ma pudeur de côté pour raconter mon histoire, je suis fière de m’exprimer au nom de toutes les femmes, car 1 femme sur 4 a traversé ou traversera cette terrible épreuve. Continuons à libérer la parole pour que ces tabous ne soient plus des tabous.

Ce sont des épreuves douloureuses que les codes de notre société nous obligent à taire. C’est évidemment un message d’espoir pour l’avenir. J’ai une pensée pour toutes mes sœurs endeuillées, solitaires, incomprises, livrées à toutes les angoisses, douleurs, doutes, culpabilités ou questionnements. Soyons fortes, soyons solidaires et n’ayons pas peur de faire bouger les choses pour les générations futures », a écrit Amel Bent.