Alain Delon «poignardé » par ses fils, son douloureux message de paix.

Alain Delon a souvent été pris à partie par ses propres fils, Anthony et Alain-Fabien, et parfois publiquement, ce qu’il regrette évidemment.

Il y a peu, Alain-Fabien, son fils cadet, confirmait avoir pris ses distances avec son père et essayait de mener sa vie loin de lui. Celui qui aurait renoué avec Capucine Anav après une brève rupture expliquait qu’il essaye de vivre « au jour le jour et d’avan­cer », comme il peut, « surtout, tout seul ».

paix

Alain-Fabien est le fruit de la relation d’Alain Delon et de Rosa­lie Van Bree­men. Il « n’attendait aucune reconnaissance de la part » de son père.

Anthony Delon avait aussi tenu des propos similaires.Très blessé par ces attaques, alors qu’il se remet tout doucement d’une opération de la hanche qui lui complique la vie depuis cet été, l’acteur mythique tente d’apaiser les conflits.

message

Invité ce week-end de «Thé ou Café », de Catherine Ceylac, l’acteur a eu l’occasion de leur répondre.

«Vous allez en crever un jour. Je ne serai plus là et vous allez vraiment en crever et dire : J’ai été con, j’ai pas fait ça, j’ai pas fait ça’ » a-t-il lancé. Il espère que son message sera entendu.

Alain Delon ne veut pas d’hommage national à sa mort (juste son chien)

« Un mythe vivant. » C’est lui qui le dit. Alain Delon était l’invité de Catherine Ceylac dans son émission Thé ou café samedi sur France 2, et n’a pas dérogé à sa réputation. Mais il s’est aussi confié, beaucoup. Le téléspectateur a ainsi pu apprendre comment l’acteur occupait ses journées seul avec son chien. « Il est le chien de ma fin de vie, parce que je ne veux pas mourir et laisser un chien derrière moi, explique-t-il.

J’en ai eu cinquante dans ma vie qui sont enterrés près de moi. Mais celui-là, il aura 12 ans quand j’en aurais 90. Je ne veux pas qu’il y en ait d’autres. Il n’a pas de femmes, pas d’enfants, il n’a rien. C’est mon seul chien et c’est le chien de ma fin de vie. C’est pour moi capital et très important. »

enfants

Aucune consigne

L’acteur a d’ailleurs affirmé ne pas vouloir d’hommage national à la Johnny Hallyday ou Charles Aznavour : « Non, non, surtout pas, alors surtout pas. On sait où je serai enterré mais il n’y a aucune consigne. On m’enterre comme tout le monde, mais surtout pas comme ces personnes que vous avez citées. Ce que je sais, c’est que je ne laisserai pas mon chien seul.

S’il devait mourir avant moi, ce que j’espère, je n’en prendrai pas d’autre. Si je meurs avant lui, je demanderai au vétérinaire qu’on parte ensemble. Il le piquera afin qu’il meure dans mes bras ».

Alain Delon